Voyages Jardin - Sommaire Retour haut de page

Var et Cie : Notre route du mimosa


Parc Gonzalez ! Des plantes incroyables

Quand le soleil darde ses rayons, en cette fin d’hiver, le parc Gonzalez embaume le mimosa. Ses pierres dégagent une douce tiédeur. Les plantes alentour nous dépaysent. On s’y sent ailleurs… Un escalier étroit au coin de la place descend le long du parc Gonzalez et mène à l’entrée. Il s’étend sur un terrain abrupt d’environ 3000 m² où la roche affleure dans beaucoup d’endroits. On dirait une immense rocaille.


Domaine du Rayol : l’odyssée des mimosas

Du 27 janvier au 24 février 2017, découvrez la diversité des mimosas du monde entier au domaine du Rayol lors d’une visite thématique de 2 heures 30. Une escale botanique vue sur mer à ne pas manquer sur la route touristique. Passé l’accueil, la librairie et les salles d’exposition ouvrent leurs grandes baies vitrées sur le panorama. Au fond l’île du Levant et Port-Cros, puis la grande bleue et le talus habillé d’exotisme. Vous voilà dans l’ambiance ! Notre guide, Laurent, nous attend au pied des marches qui descendent vers la terrasse.


Pépinière Cavatore : Le mimosa de père en fils

La pépinière Cavatore est une histoire de famille autour du mimosa. Ne partez pas de Bormes-les-Mimosas sans faire un détour par sa collection et son tout nouveau jardin de démonstration. Gérard Cavatore, le père, s’installe comme pépiniériste à Bormes-les-Mimosas. Midi oblige, il propose des plantes méditerranéennes. Maîtrisant la technique du greffage du mimosa, il augmente progressivement les quantités de cette espèce dans sa pépinière jusqu’à se spécialiser dans ces acacias – les mimosas appartiennent à cette famille botanique, leur nom latin commence par « Acacia ».

Château du Rivau (37) : Balade enchantée


Château du Rivau (37) : Balade enchantée

Autour, c’est la plaine, les champs de blés, les colzas prêts à récolter. On devine au-dessus des arbres du petit bois les tourelles coiffées d’ardoise. A quelques pas de l’entrée, la bonne fée du Rivau sculptée de buis prend la pose. Dès l’entrée, vous êtes dans l’ambiance. Les plus jeunes se laisseront emporter dans un univers de conte de fées ; les plus âgés y découvriront un parcours initiatique digne de la philosophie de François Rabelais, originaire de cette région. Laura et Baptiste, tous deux habitués des lieux, nous ont accompagnés dans la visite.

Jardins de Brécy (14) : Harmonie et douceur


Jardins de Brécy (14) : Harmonie et douceur

Il est si bien caché au fond de son petit vallon qu’on ne devine rien du château de Brécy, avant de faire face son portail monumental d’un raffinement achevé. Quelle surprise ! Quel contraste avec la campagne normande alentour et ce manoir si sobre. Il faut voir les jardins, situés à l’arrière de la maison… Et là, en même temps que la surprise cède la place à l’émerveillement. C’est grandiose ! Digne des plus grands jardins du XVIIe siècle.

Meise (Belgique) : Joyaux de l’hiver


Meise (Belgique) : Joyaux de l’hiver

Le jardin est tout près de l’autoroute, très facile d’accès lorsque l’on vient de Bruxelles. On y entre par la ferme flamande, l’ancien logement du régisseur comprenant auparavant des écuries et une remise. Avec en main deux dépliants de visites thématiques, « La promenade des conifères » et « la promenade d’hiver », nous nous avançons sur la grande allée scintillante de givre en ce matin de janvier. Nous suivons la « drève d’honneur » apercevant quelques pans de la tour carrée du château parmi la végétation. Une double rangée de hêtres plantés en 1840 encadrent la perspective. Quelques-uns ont encore leur parure rousse. Nous arrivons au jardin du château. Buis et hêtres y sont sculptés en parallélépipèdes, de hauteur moyenne, disposés en quinconce selon un schéma de jardin à la Française. Des boules de buis ponctuent le motif.

Jardins secrets de Vaulx (74) : L’orient au cœur des Alpes


Jardins secrets de Vaulx (74) : L’orient au cœur des Alpes

En arrivant, nous regardons soudain avec surprise le mur de mortier de chaux à la belle couleur ocre rouge et ses ornementations singulières. Quelques fleurs courent tout le long ajoutant leur grain de sel coloré à l’édifice. L’accueil se fait dans une charmante boutique habillée de bois, que toute la famille surnomme la « datcha ». En sortant, à droite nous surplombons le jardin arlequin, un ensemble de carrés surélevés, en contrebas, mêlant fleurs saisonnières, buis taillés en boule, bambous et calcin (bris de verre) bleu. A gauche, le jardin « délice » aux allures de patio andalou a un nom prometteur. Venez y roder sur le coup de 16 heures lors de votre visite. Alain y prépare des beignets dont il a le secret, accompagné comme il se doit d’un thé à la menthe.